Archéologie et usages du 'style paranoïaque'. Pour une épistémologie critique

par Julien Giry, Docteur en Science politique, Université de Rennes 1

Style paranoïaque

in  Critica Masonica, n°12 (6/2), 2018, pp. 75-92.

http://criticamasonica.over-blog.com/2018/11/avant-premiere-du-n-12-de-c...

Résumé:

La publication en 1965 de Paranoid Style in American Politics and Other Essays par Hofstadter est communément présentée comme le premier travail scientifique à s'intéresser à la question du conspirationnisme. Toutefois, dix ans plus tôt, dans Age of Reform, l'historien américain formulait déjà une grille de lecture systémiste du « style paranoïaque » : critique radicale des dominants et du système néo-libéral = irrationalité = populisme = conspirationnisme = antisémitisme. Dès lors, cette contribution cherchera a déconstruire au travers d'une épistémologie critique cette grille d'analyse, ses usages et les enjeux programmatiques/politiques qu'elle contient ou induit. D'abord, nous analyserons la genèse multifactorielle du « style paranoïaque » qui tient directement à la personnalité d'Hofstadter tant en raison de facteurs politiques (contexte de la « chasse aux sorcières »), académiques (fondation de « l’École du consensus » et approche psychopathologique des faits sociaux et politiques en général) que liés à sa trajectoire personnelle (ex-communiste devenu libéral puis néo-conservateur de première génération). Enfin, nous étudierons la postérité et les usages politiques du « style paranoïaque » dans des travaux qui offrent une lecture conservatrice du phénomène conspirationniste contemporain et qui tendent à le résumer au critère de l’irrationalité et/ou de l'antisémitisme. Dans tous les cas, dans cette vision systésmiste, toute forme de critique radicale du système néo-libéral ou toute croyance marginale devient l'expression plus ou moins manifeste de théories du complot.